Débuter en photo


   Les bases de la photographie.


 


Pour débuter et comprendre les bases de la photographie je vais commencer par expliquer comment fonctionne un reflex et le vocabulaire photographique …


Le reflex

Comment fonctionne un reflex ?





Diaphragme





Le diaphragme est un dispositif qui permet de régler la quantité de lumière qui va traverser l'objectif de l'appareil photo au moment du déclenchement (quand vous appuyez sur le bouton !). Bien sûr, plus il y a de lumière qui entre, plus la photo est claire, moins il y en a, plus la photo est sombre. Tout simplement. Nous venons de tordre le coup à un des grand mots du vocabulaire de la photo (et on verra un peu plus loin comment s'en débrouiller, en pratique) ! L'illustration ci-dessus vous montre un diaphragme complètement ouvert, moyennement ouvert et complètement fermé.

Capteur

Le capteur est un composant électronique des appareils numériques qui réagit sous l'impact de la lumière (celle qui passe au travers de l'objectif et qui vient se « cogner » contre lui), transformant le flux lumineux en codage numérique (un fichier informatique). Sur les appareils photo numériques, la vocation du capteur numérique est de remplacer la pellicule des appareils dits argentiques ou traditionnels.

Obturateur

L'obturateur est le mécanisme réglant la durée d'exposition. La durée d'exposition, c'est le temps pendant lequel la lumière arrive sur le capteur. L'obturateur est donc un « rideau », qui s'ouvre pendant un temps plus ou moins long (de quelques millièmes de secondes à plusieurs minutes), pour laisser passer la lumière. Plus le rideau reste ouvert longtemps, plus la photo sera lumineuse, et vice versa. On parle de « temps d'exposition ».

Ouverture

Quand on parle d'« ouverture », on parle du réglage du diaphragme, afin de laisser entrer plus ou moins de lumière pendant un certain temps (ex. : ƒ/2.8, ƒ/22). Ainsi pour un temps d'exposition d'une seconde, si le diaphragme est complètement ouvert, la photo sera très lumineuse, et si le diaphragme est complètement fermé, elle sera beaucoup moins lumineuse… Il y a donc deux réglages fondamentaux : la vitesse et l'ouverture.
Plus on ouvre le diaphragme, plus la profondeur de champ est courte. Ainsi, à très grand ouverture, f/1.8 par exemple, la zone de netteté du sujet photographié sera plus courte que si vous aviez pris votre photo à f/18. Il peut être alors intéressant de travailler à pleine ouverture dans certaines situations, afin d'avoir une très faible profondeur de champ : isoler un premier plan, mettre en avant une partie d'un visage en portrait, etc.

La profondeur de champ (PdC)

La profondeur de champ est la distance entre le premier et le dernier plan net d'une image photographique, pour un réglage de mise au point déterminé. Elle dépend de l'ouverture du diaphragme, de la distance du sujet photographié et de la focale utilisée. Elle s'étend davantage derrière le plan où la mise au point a été faite que devant lui.
Plus on ouvre le diaphragme, plus la profondeur de champ est courte. Ainsi, à très grand ouverture, f/1.8 par exemple, la zone de netteté du sujet photographié sera plus courte que si vous aviez pris votre photo à f/18. Il peut être alors intéressant de travailler à pleine ouverture dans certaines situations, afin d'avoir une très faible profondeur de champ : isoler un premier plan, mettre en avant une partie d'un visage en portrait, etc.


En paysage, on cherchera en revanche à avoir la plus grande profondeur, pour que l'ensemble de notre image soit le plus net possible. L'hyperfocale permet de faire ce type de travail : on aura un sujet net à distance minimale, alors que la bague de mise au point est à l'infini. L'utilisation du trépied est souvent nécessaire.



Plus le sujet est proche, plus la zone de netteté sera petite. La focale est également déterminante sur l'étendue de cette zone : plus la focale est longue, plus la profondeur de champ sera courte. Ainsi, à ouverture égale, un grand angle pourra avoir, par exemple, une zone nette de 2m à l'infini tandis qu'un téléobjectif aura une profondeur de champ de 2 à 3m.



Distance focale

La distance focale est la distance, exprimée en mm, qui sépare l'objectif du capteur, pour une mise au point à l'infini. Par exemple, une optique de 400mm permet de réaliser des photos en s'« approchant » très près du sujet (zoom), tandis qu'une optique de 20mm est qualifiée de « grand angle », et permet d'avoir un champ de vision très large.

La distance Hyperfocale

La distance hyperfocale souvent remplacé par le substantif hyperfocale, est la distance minimum, depuis le capteur de l'appareil photo, pour laquelle les sujets sont nets jusqu'à l'infini. Il s'agit de la netteté de mise au point en excluant tout problème de mouvement.
Ce qui peut s'exprimer de deux façons :

  1. L’hyperfocale est la distance minimum à partir de laquelle le sujet est net, si on fait la mise au point sur l’infini.
  2. La distance de mise au point faite sur l'hyperfocale, permet d'obtenir une image nette de la moitié de cette distance à l'infini.
L'hyperfocale est utilisé par les photographes pour obtenir une profondeur de champ maximum (en paysage par exemple) ou pour simplifier le paramètre « mise au point » au moment de prendre une photo, permettant ainsi de se concentrer sur d'autres aspects de la scène (en reportage par exemple).
La détermination de l'hyperfocale dépend fondamentalement de la perception de la netteté d'une image, exprimée dans sa formulation par le cercle de confusion. Son calcul théorique ne tient compte ni des aberrations des objectifs, ni de la résolution de la surface sensible, ni de l'acuité visuelle de l'observateur de l'image finale, ces deux derniers points n'ayant aucune influence sur la mise au point. Ces calculs restent néanmoins une bonne approche hors de conditions limites.

Comment l’utiliser concrètement ?

Quand vous faîtes la mise au point à l’infini, la distance hyperfocale est en fait le point net le plus proche de vous. Comment procéder simplement :

  • Faites un cliché en mettant au point à l’infini.
  • Regardez le résultat : le point net le plus proche de vous est l’hyperfocale.
  • Refaites le même cliché en mettant au point sur l’hyperfocale plutôt que sur l’infini.
  • L’image est toujours nette jusqu’à l’infini, mais en plus vous avez gagné 1/3 de la zone de netteté, entre vous et ce point d’hyperfocale.
Cette technique vous permet d’obtenir un avant-plan net sur des photos de paysage. En pratique, on se contente bien souvent de mettre au point à environ 1/3 de la hauteur de l’image, ce qui est légèrement moins efficace mais beaucoup plus intuitif.
Attention, comme la distance hyperfocale n’est valable qu’à une longueur focale et à une ouverture donnée, il vous faudra refaire l’exercice à chaque fois que vous changez un de ces deux paramètres, c’est-à-dire quand vous zoomez/dézoomez ou quand vous changez l’ouverture !





Calculer l'hyperfocale 

En faisant la mise au point sur la distance hyperfocale, la profondeur de champ s'étendra de la moitié de la distance hyperfocale à l'infini.
On détermine la distance hyperfocale par la relation suivante :


H = f'2 / e.N  où f' = focale, e = diamètre du cercle de confusion ; N : ouverture du diaphragme

Pour cette formule, nous avons donc besoin du diamètre du cercle de confusion et celui-ci varie avec la taille du capteur. Le tableau ci-dessous (source Wikipédia) recense les valeurs les plus courantes :

Cercle de confusion (CdC)

En photographie, le cercle de confusion (CdC) est sur une image, le diamètre des plus petits points juxtaposés discernables à l’œil nu à une distance normale de vision. Il dépend de l’acuité visuelle de l’observateur et des conditions d’observation (en particulier la distance d’observation).
 

ISO

Anciennement appelé « ASA », l'ISO désigne la sensibilité du capteur d'un appareil photo numérique.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire